Les inégalités de développement dans la mondialisation

By | 7 septembre 2017

Les inégalités de développement dans la mondialisation : Le processus de développement inégal est comme un aspect nécessaire du capitalisme.

Contradiction majeure du capitalisme est l’émergence simultanée de concentration: de la richesse et du capital (pour les capitalistes) et la pauvreté et de l’oppression (pour les travailleurs).

Cette « loi générale de l’accumulation capitaliste », comme Marx l’a appelé, met en lumière les conflits capital-travail est un moyen de fonder une théorie du développement inégal.

la condition représente une irrégularité pour une transition d’un mode déclin de la production à une autre hausse, le mode plus progressif.

En termes généraux, le développement inégal peut se rapporter à la croissance différentielle des secteurs, des processus géographiques, des classes et des régions au niveau mondial, régional, national, sous-national et local.

Les emphases conceptuelles différentes sont mises en parallèle par le débat entourant les origines et les mécanismes socio-économiques de l’irrégularité.

Neil Smith enracine l’égalisation et la différenciation du capital, les mouvements fondamentaux du développement inégal dans l’émergence généralisée de la division du travail.

Alors même que le monde a été transformé d’une époque coloniale où l’avenir de nombreux endroits était sous le contrôle direct des autres.

A une époque de la mondialisation néolibérale dans laquelle chaque lieu est considéré comme responsable de son propre bien-être.

Les inégalités géographiques dans les chances de revenus et de subsistance persistent à toutes les échelles.

Faculté examinent les processus économiques qui sous-tendent ces politiques inégalités, les zones géographiques qu’ils produisent.

L’impact de ces zones géographiques sur le changement social dans un système mondial de plus en plus capitaliste. La dynamique géographique du capitalisme sont une préoccupation centrale, mise en forme, mais aussi façonné par les actions humaines et non-humaines dont les logiques dépassent celles du marché.

Comment les spatialités émergentes de ces processus ?

 Le changement de lieux, des espaces, des échelles et des connectivités se façonnent les trajectoires politiques et économiques.

Le développement est venu à signifier des significations dominantes marginaliser les pratiques alternatives dans des endroits différents.

Les actions locales et les processus mondiaux sont mutuellement constitutifs.

Les institutions de l’Etat et du marché façonnent le développement des lieux et les articuler, concours des alternatives géographiques imaginaires ces processus.

Soit un régional et local mais aussi une perspective globale, en examinant les zones géographiques fractionnées du sud mondial et les pays du Nord, et leur coévolution.

Projets de recherche spécifiques comprennent: le rôle des institutions de l’Etat et des processus politiques dans le façonnement du développement socio-économique en Afrique.

La politique de développement urbain et des pratiques aux États-Unis et l’Union européenne, les zones géographiques inégales qui ont émergé de la mondialisation par le commerce, les pratiques du travail agricole et la dynamique des castes en Inde du Nord.

La contestation de l’élaboration des politiques néolibérales et au-delà des villes dans les différentes régions du monde.

Le développement inégal du secteur, l’espace et l’échelle est assez ambitieux. Mais il doit y avoir, ainsi d’explorer les possibilités futures inégalités systématiques dans les domaines aussi divers que la production et la destruction de l’environnement.

La reproduction sociale et la domination humaine le long des lignes de la classe, le sexe et la race ethnicité.

La théorie du développement inégal peut passer de l’économie politique par la politique et la culture, tout en mettant l’accent sur les dommages sociaux associés au développement inégal du capitalisme.

L’analyse du développement Accidenté peut informer intention des militants sur l’inversion des irrégularités.

Des motifs socialement déterminés de différenciation et d’égalisation qui sont entraînés non par la logique du capital, mais un véritable choix social.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *