Modèle IS-LM-BP en économie ouverte

By | 22 août 2017

Modèle IS-LM-BP en économie ouverte soit mesurer l’ouverture d’une économie compte tenu des variables multiples. Par exemple, tous les pays sont considérés comme des économies ouvertes dans une certaine mesure, mais ne permettent pas  la libre circulation des capitaux à travers les frontières. D’autres pourraient avoir des gouvernements qui contrôlent les flux d’information et de services Internet. Nous apprenons à analyser une économie ouverte d’un point de vue purement économique, regardant leurs exportations nettes et de leur balance des paiements.

Le modèle IS-LM-BP (également connu sous le nom IS-LM-BP ou le modèle Mundell-Fleming) est une extension du modèle IS-LM, qui a été formulé par les économistes Robert Mundell et Marcus Fleming, qui a fait presque simultanément une analyse des économies ouvertes dans les années 60. On pourrait dire que le modèle Mundell-Fleming est une version du modèle IS-LM pour une économie ouverte. En plus de la balance des biens et des marchés financiers, le modèle intègre une analyse de la balance des paiements.

Même si les deux économistes de recherches sur le même sujet, ont des analyses différentes. Le document de Mundell « la mobilité des capitaux et à la stabilisation politique en fixe et taux de change flottants », 1963, analyse le cas de parfaite mobilité du capital, tandis que le modèle Fleming, représenté dans son article « Politiques financières nationales des taux fixes et sous change flottants», 1962, était plus réaliste car elle suppose la mobilité des capitaux imparfaits, et donc fait un modèle plus rigoureux et complet. Cependant, de nos jours, la situation mondiale actuelle a plus de ressemblance avec la mobilité du capital total, ce qui correspond mieux à la vue de Mundell.

Pour comprendre comment ce modèle fonctionne, nous allons d’abord voir comment défini la courbe IS, qui représente l’équilibre sur le marché des produits. En second lieu, la courbe LM, ce qui représente l’équilibre sur le marché monétaire. En troisième lieu, la courbe BP, qui représente l’équilibre de la balance des paiements. Enfin, nous analysons comment est atteint l’équilibre.

Dans une économie ouverte, la condition d’équilibre sur le marché des produits, la production (Y), est égale à la demande de biens, qui est la somme de la consommation, l’investissement, les dépenses publiques et les exportations nettes. Cette relation est appelée IS. Si l’on définit la consommation (C) C = C (YT) où T correspond à l’impôt, l’équilibre serait donné par:

Y = C (Y T) + I + G + NX

Nous considérons que l’investissement est pas constante, et nous voyons que cela dépend principalement de deux facteurs: le niveau des ventes et des taux d’intérêt. Si les ventes d’une augmentation ferme, il faudra investir dans de nouvelles usines de production pour augmenter la production ; il est une relation positive. En ce qui concerne les taux d’intérêt, plus ils sont plus élevés, les investissements sont plus chers, de sorte que la relation entre les taux d’intérêt et l’investissement est négatif. Maintenant, en plus de ce que nous avons dans le modèle IS-LM, puisque nous avons les exportations nettes, nous devons aussi tenir compte des taux de change, qui affectent directement les exportations nettes. Disons que e est le prix intérieur des devises étrangères ou, autrement dit, combien d’unités de notre propre monnaie doivent être donnés pour recevoir 1 unité de la devise étrangère. La nouvelle relation est exprimée comme suit (où i est le taux d’intérêt):

Y = C (Y T) + I (Y, i) + G + NX (e)

Si nous gardons l’équivalence entre la production et la demande, qui détermine l’équilibre sur le marché des produits, on peut observer l’effet des taux d’intérêt, on obtient la courbe IS. Cette courbe représente la valeur d’équilibre pour un taux d’intérêt.

Un taux d’intérêt croissant entraînera une diminution de la production par son effet sur l’investissement. Par conséquent, la courbe présente une pente négative. Le graphique montre cette relation.

Comme indiqué précédemment, nous avons aussi besoin d’analyser les variations des taux de change (e). Si e diminue, alors nous serons en mesure d’acheter davantage de devises étrangères avec moins de notre propre monnaie. D’autre part, les étrangers dont nous aurons besoin de payer plus de leur monnaie pour acheter notre propre. Par conséquent, lorsque (e) diminue, appelé une appréciation en taux de change flexibles ou une réévaluation selon les taux de change fixes, les résidents nationaux ont plus de pouvoir d’achat, étant ainsi en mesure d’acheter la même quantité de marchandises en utilisant moins monnaie nationale. Les travaux opposés de la même manière: si l’augmentation de e (également appelé une dépréciation dans les taux de change flexibles ou une dévaluation dans les taux de change fixes), les résidents nationaux vont payer plus pour la même somme ,une augmentation des (e) cause des exportations nettes d’augmenter (IS déplacement de la courbe à droite) et une diminution des exportations nettes e cause de diminuer (IS déplacement de la courbe vers la gauche).

Courbe LM: le marché de monnaie :

La courbe LM représente la relation entre la liquidité et la monnaie. Dans une économie ouverte, le taux d’intérêt est déterminé par l’équilibre de l’ offre et de la demande de monnaie: M / P = L (i, Y) compte tenu de M le montant de monnaie offert, le revenu réel Y et i taux d’intérêt réel, étant L la demande de monnaie, qui est fonction de i et Y. en outre, le taux de change doit être analysée car elle influe sur la demande de l’ argent ( les investisseurs peuvent décider ou acheter de vendre des obligations dans un pays en fonction du taux de change).

L’équilibre du marché monétaire implique que, compte tenu de la somme d’argent, le taux d’intérêt est une fonction croissante du niveau de sortie. Lorsque la production augmente, la demande de monnaie pose, mais comme nous l’avons dit, la masse monétaire est donnée. Par conséquent, le taux d’intérêt devrait augmenter jusqu’à ce que les effets opposés agissant sur la demande de monnaie sont annulées, les gens vont demander plus d’argent en raison des revenus plus élevés et moins en raison de la hausse des taux d’intérêt.

La pente de la courbe est positive, contrairement à ce qui est arrivé dans la courbe IS. En effet, la pente reflète la relation positive entre les taux de production et d’intérêt.

Courbe BP: la balance des paiements :

La courbe BP montre à laquelle indique la balance des paiements est à l’équilibre. En d’autres termes, il montre des combinaisons de taux de production et d’intérêt qui garantissent que la balance des paiements est financé de manière viable, ce qui signifie que le volume des exportations nettes qui affectent la production totale doit être compatible avec le volume des sorties nettes de capitaux. Il sera pente habituellement depuis la production et les importations, qui troubleront l’équilibre de la balance des paiements, à moins que les taux d’intérêt augmentent (ce qui provoquerait des entrées de capitaux pour maintenir l’équilibre).

Une fois lorsque la courbe BP est dérivée, il y a une chose importante à savoir sur la façon de l’utiliser. Tout point au-dessus de la courbe BP se traduira par un excédent de la balance des paiements. Tous les points ci-dessous la courbe BP se traduira par un déficit de la balance des paiements. Ceci est important car selon l’endroit où nous sommes, des choses différentes peuvent affecter les taux d’intérêt.

Le modèle IS-LM-BP :

Dans ce modèle, on distingue entre la mobilité parfaite et imparfaite du capital, mais aussi entre les taux de change fixes et flexibles. Pour chacun de ces cas, nous verrons ce qui se passe quand à la fois une expansion monétaire et la politique budgétaire sont appliquées à l’économie. Nous allons d’abord examiner le modèle de Mundell, qui traite de la mobilité parfaite. Ensuite, nous allons analyser le modèle de mobilité imparfaite de Fleming.

Mobilité parfaite des capitaux :

  • Taux de change fixe :

Une politique monétaire expansionniste se déplacera la courbe LM à LM », ce qui rend l’équilibre aller du point E 0 à E 1.Cependant, étant donné que nous sommes en dessous de la courbe BP, nous savons que l’économie a un déficit de la balance des paiements. Étant donné que les taux de change sont fixes, l’intervention du gouvernement est nécessaire: le gouvernement achètera la monnaie national et vendre des devises étrangères, ce qui va baisser la masse monétaire et donc déplacer la LM » courbe à sa position initiale (ce qui rend l’équilibre aller à E 2). La politique monétaire n’a donc aucun effet dans ces circonstances.

Une politique budgétaire expansionniste se déplacera à la courbe IS », On déplaçant sous la forme d’équilibre point E 0 à point E 1 . Comme l’économie a maintenant un excédent de la balance des paiements, et que le taux de change est fixe, le gouvernement interviendra dans la manière exacte contraire: ils vont acheter des devises étrangères et vendre monnaie nationale. Cela permettra d’accroître la masse monétaire, déplaçant la courbe LM vers la droite. L’équilibre final est atteint au point E 2, au même taux d’intérêt, la production a augmenté considérablement: la politique fiscale fonctionne parfaitement dans ces circonstances.

  • Taux de change flexible :

Une politique monétaire expansionniste se déplacera la courbe LM à LM », ce qui rend l’équilibre aller du point E 0 à E 1. Cependant, étant donné que maintenant les taux de change sont flexibles, nous avons une situation différente: le déficit de la balance des paiements se déprécie la monnaie nationale. Cela augmentera les exportations nettes (depuis les étrangers peuvent désormais acheter plus de nos produits avec la même quantité d’argent), ce qui décalera la courbe est à droite (à IS »). L’équilibre final est atteint au point E 2 où, au même taux d’intérêt, la production a augmenté considérablement: la politique monétaire fonctionne parfaitement dans ces circonstances.

Une politique budgétaire expansionniste décalera la courbe IS à IS », déplacer l’équilibre du point E 0 au point E 1. L’économie aura donc un excédent de la balance des paiements, qui dans ce cas de taux de change flexible apprécieront la monnaie nationale. Cela réduira les exportations nettes, puisque nous sommes en mesure d’importer davantage de biens et de services avec moins d’argent, alors que les étrangers importera moins de nos produits en raison de notre monnaie nationale apprécié. Cette baisse des exportations nettes se déplacera la courbe de l’IS à sa position d’origine. Depuis maintenant l’équilibre final E 2 correspond à l’équilibre initial, nous savons la politique budgétaire est pas bon dans ce cas.

Il est facile de voir pourquoi Mundell a conçu ce qui est connu comme la trinité impossible. En quelques mots, aucune économie ne peut avoir les trois éléments suivants: la mobilité parfaite des capitaux, les taux de change fixes et une politique monétaire indépendante et efficace. Dans l’hypothèse de la mobilité parfaite du capital, et afin d’avoir une politique monétaire efficace, les taux de change doivent être flexibles. Ou ont taux de change fixes, mais on suppose que la politique monétaire ne sera pas efficace.

Mobilité des capitaux Imparfait :

  • Taux de change fixe :

Ici, nous avons exactement la même situation qu’avant: une politique monétaire expansionniste se déplacera la courbe LM à LM », ce qui rend l’équilibre aller du point E 0 à E 1. Cependant, étant donné que nous sommes en dessous de la courbe BP, nous savons que l’économie a un déficit de la balance des paiements. Étant donné que les taux de change sont fixes, le gouvernement achètera la monnaie national et vendre des devises étrangères baisser, la masse monétaire et donc déplacer la LM » courbe à sa position initiale (ce qui rend l’équilibre aller à E 2). La politique monétaire a de nouveau aucun effet, peu importe comment la mobilité des capitaux grand ou petit.

Une politique budgétaire expansionniste décalera la courbe IS à IS », déplacer l’équilibre du point E 0 au point E 1. Maintenant, en fonction de la mobilité des capitaux, nous avons soit un excédent de la balance des paiements (de forte mobilité des capitaux, la courbe BP +) ou un déficit de la balance des paiements (petite mobilité des capitaux, la courbe BP-). Étant donné que les taux de change sont fixes, le gouvernement devra intervenir: ses acquisitions et cessions de deux monnaie nationale et étrangère se déplacera la courbe LM soit LM » ou LM * (vous pouvez passer en revue ce qui se passe ci – dessus: un excédent de la balance des paiements est la même scénario que dans une politique fiscale en parfaite mobilité des capitaux et des taux de change fixes, alors que le déficit de la balance des paiements correspond au scénario de politique monétaire). Dans ces circonstances, la politique budgétaire est tout à fait efficace. Il est en fait plus efficace la mobilité des capitaux est plus élevé.

  • Taux de change flexible :

Une politique monétaire expansionniste se déplacera la courbe LM à LM », ce qui rend l’équilibre aller du point E 0 à E 1. Cependant, étant donné que maintenant les taux de change sont flexibles, le déficit de la balance des paiements se déprécier la monnaie nationale. Cela augmentera les exportations nettes, décalant la courbe IS à IS. En outre, étant donné que les actifs domestiques sont moins chers, la courbe BP se déplacera vers la droite (soit BP ‘+ ou BP’-). Par conséquent, une grande mobilité du capital, l’équilibre final sera au point E 2 . La politique monétaire fonctionne bien dans ces hypothèses. Il est en fait plus efficace la mobilité des capitaux est plus élevé.

Une politique budgétaire expansionniste décalera la courbe IS à IS », déplacer l’équilibre du point E 0 au point E 1. Maintenant, en fonction de la mobilité des capitaux, nous avons soit un excédent de la balance des paiements (de forte mobilité des capitaux, la courbe BP +) ou un déficit de la balance des paiements (petite mobilité des capitaux, la courbe BP-). Dans le cas d’un excédent de la balance des paiements, et compte tenu des taux de change flexibles, il y aura une appréciation de la monnaie nationale. Cela réduira les exportations nettes, qui décaleront courbe l’IS à gauche. En outre, étant donné que les actifs domestiques sont plus chers, la courbe BP + se déplacera vers la gauche. L’équilibre final sera donc au point E 2. S’il y a un déficit de la balance des paiements (le cas pour la courbe BP), le résultat sera le même que dans le cas de la politique monétaire (étant E 2 * l’équilibre final). Dans ce scénario, la politique budgétaire de la mobilité des capitaux plus petit sera plus efficace.

 

Le modèle Mundell-Fleming est un outil très utile pour traiter l’analyse des économies ouvertes. Une grande partie des manuels et des documents plaident pour ou contre chacun de ces modèles. Cependant, on ne peut nier le monde se déplace vers la libéralisation des échanges internationaux des mouvements et des capitaux (principalement par les accords de l’OMC), qui nous ferait vers le point de vue penche de Mundell. En résumé, en parfaite mobilité des capitaux, la politique monétaire ne fonctionne qu’avec des taux de change flexibles, alors que la politique budgétaire ne fonctionne qu’avec des taux de change fixes.

 

.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *