Économie sociale et solidaire

By | 22 août 2017

Définition économie sociale et solidaire : L’économie du bien-être de l’analyse différente états dans lesquels marchés ou l’économie peut mettre son objectif principal pour  trouver un indicateur et une mesure afin de garantir, les marchés se comportent de manière optimale, garantissant ainsi que le bien-être des consommateurs. Même si le bien-être a déjà été analysé par les économistes comme Adam Smith et Jeremy Bentham, ce sont les économistes de l’école classique qui ont analysé en profondeur le sujet: Alfred Marshall a vu un lien entre le bien-être et la richesse, alors que d’autres économistes tels que Vilfredo Pareto et Arthur C. Pigou a analysé le bien-être en termes de meilleure allocation et utilisation efficace des ressources. Dans ce parcours d’apprentissage, nous allons apprendre les bases de l’économie du bien-être et ses avantages.

L’économie sociale fait partie de l’économie normative dont l’objectif est d’évaluer les différentes situations d’un système économique donné, afin de choisir le meilleur. Son étude remonte à Adam Smith qui a raconté une augmentation du bien-être avec une augmentation de la production, et de Jeremy Bentham, dont les vues utilitaire lui a fait penser que le bien-être est égal à la somme des individus des services publics ou, en d’autres termes, un social d’utilité.

L’efficacité et l’allocation optimale :

Le concept d’efficacité de pareto : Ce critère d’efficacité a été développé par Vilfredo Pareto dans son livre « Manuel d’économie politique », En 1906.Pareto optimale n’y a aucune possibilité de redistribution d’une manière où au moins une personne serait mieux alors qu’aucune autre personne ne finit pire. Une définition peut également être faite en deux étapes.

Ceci peut être facilement comprise à l’aide du boîte Edgeworth . À partir du point C, deux solutions Pareto peuvent être faites:

  • De C à D: individuel 1 augmenterait son utilité, car une autre courbe d’indifférence serait atteinte, tandis que l’individu 2 restera avec la même utilité.
  • En suivant les mêmes étapes pour chaque courbe d’indifférence, on peut dire que tous les points où l’indifférence des courbes de différents individus sont tangents est optimale au sens de Pareto. La courbe qui relie ces infinie optimal est appelée la Pareto courbe de contrat.

Boîte Edgeworth : En 1881, Edgeworth est venu avec une façon de représenter les courbes d’indifférence et la courbe du contrat.

Les possibilités de production : 

La frontière des possibilités de production (PPF) représente la quantité de la production qui peut être obtenu pour une certaine quantité d’intrants à l’aide d’une technologie donnée. Selon la technologie, le PPF aura une certaine forme.

Comme vous pouvez le voir sur la figure ci montre PPF (courbe bleue) inclinée vers le bas. Cette pente, qui est égal au taux marginal de transformation entre X et Y, nous montre comment augmenter la production X et la quantité de Y doit diminuer. Le taux marginal de transformation mesure le compromis entre la production plus X en termes de Y.

Cette frontière détermine la puissance maximale (à la fois X et Y) que l’on peut obtenir compte tenu de la technologie. La production au point A produira plus de quantité de Y et moins de X que la production au point B. Cependant, les deux sont techniquement efficaces, car ils maximisent la sortie. Par exemple, la production au point C est techniquement inefficace parce que, à tout moment sur la PPF, sortie plus combiné est produit en utilisant la technologie donnée. En outre, le point ( D ) est impossible compte tenu de la technologie, étant c’est la raison pour laquelle il est en dehors du PPF.

Le PPF peut être dérivé de la courbe des contrats sur une boîte Edgeworth. Dans cette case, on voit la quantité d’intrants (K, L) utilisés dans la production de chaque produit (X, Y). En fait, nous pouvons voir comment, pour chaque quantité de chaque produit, la quantité de chaque entrée peut changer. les isoquantes (courbe verte pour X, Y) rouge pour déterminer la quantité d’une certaine entrée doit augmenter pour compenser la diminution de l’autre entrée, le maintien de la quantité de sortie produit inchangé. La pente de ces courbes est donnée par le taux marginal de substitution technique de chaque sortie. Les points et  les isoquantes de différentes combinaisons de sorties, qui sont entrecroisent Pareto-optimale qui  nous permettent de tracer la courbe des contrats, dont le PPF peut être dérivé. Étant donné que la technologie est donnée d’un seul PPF qui peut être dérivé de la courbe des contrats (par opposition au cas de la frontière des possibilités de services publics).

Équilibre général :

Un système de marché est en équilibre concurrentiel lorsque les prix sont fixés de telle sorte que le marché efface, ou en d’autres termes, la demande et l’offre sont égalisées. A cet équilibre concurrentiel, les bénéfices des entreprises devront nécessairement être zéro, car sinon il y aura des nouvelles entreprises qui, attirés par les bénéfices, entreraient dans le marché et les prix augmenter l’offre poussant vers le bas. A la suite du premier théorème fondamental de l’économie du bien-être, cet équilibre doit être Pareto efficace. Les deux auront une relation fondamentale en tant que mécanisme de détermination optimale la production, la consommation et l’échange.

Théorèmes fondamentaux :

Il y a deux théorèmes fondamentaux de l’économie du bien-être.

Premier théorème fondamental de l’économie du bien-être,tout équilibre concurrentiel conduit à une Pareto efficace l’allocation des ressources. L’idée principale est ici que les marchés conduisent à l’optimum social. Ainsi, aucune intervention du gouvernement est nécessaire, et il devrait adopter ceux qui soutiennent l’intervention du gouvernement disent que les hypothèses nécessaires pour que ce théorème au travail, on voit rarement dans la vie réelle. Il faut noter qu’une situation où quelqu’un tient tout bon et le reste de la population ne détient pas. Cependant, cette situation peut être considérée comme parfaite en vertu d’une définition du bien-être. Le second théorème permet une définition plus fiable du bien-être.

Deuxième théorème fondamental de l’économie du bien-être:

Une allocation efficace peut être atteinte par un équilibre concurrentiel, compte tenu des mécanismes de marché conduisant à la redistribution.

Ce théorème est important car il permet une séparation des questions d’efficacité et de distribution. Les interventions du gouvernement demanderont l’appui des politiques de redistribution des richesses.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *