Le développement humain concepts et priorités

By | 5 septembre 2017

Le développement humain concepts et priorités : Le développement humain est un processus d’élargissement des possibilités humaines qui permettent aux individus de jouir d’une vie longue et saine, avoir accès aux ressources nécessaires à un niveau de vie décent, ainsi que de profiter des possibilités économiques et les politiques sociales qui les font se sentir membres à part entière de leurs communautés.

Les objectifs généraux du développement humain:

  • Promouvoir une croissance économique durable, notamment en améliorant la situation économique des personnes dans le besoin.
  • Améliorer la santé de la population, avec une attention prioritaire aux problèmes et aux groupes les plus vulnérables les plus courantes.
  • Améliorer l’éducation, en accordant la priorité à l’alphabétisation, l’éducation de base et l’éducation au développement.
  • Promouvoir les droits de l’homme, en donnant la priorité aux personnes les plus en difficulté et le droit à la participation démocratique.
  • Améliorer l’habitabilité de l’environnement, préserver les ressources naturelles et réduire la pollution.A la place des indicateurs qui se réfèrent seulement à la croissance économique comme le produit national brut (PNB), qui ne disent rien des déséquilibres et les contradictions qui expliquent la croissance, le PNUD a utilisé depuis 1990, un nouvel indicateur de l’indice de développement humain (IDH).

Les facteurs de l’indice de développement humain :

  • Revenu : représenté par l’indice Produit intérieur brut (PIB), après une transformation qui prend en compte à la fois du pouvoir d’achat de la monnaie, à la fois le fait que l’augmentation des revenus ne se traduit pas par une augmentation du bien-être de façon linéaire (l’augmentation de bien-être est beaucoup plus lorsque le PIB est passé de 1000 à 2000 dollars en passant de 15000 à 16000).
  • Le niveau des soins de santé, par l’espérance de vie à la naissance.
  • Le niveau d’éducation : représentée par l’alphabétisation des adultes (multiplié par deux) et le nombre d’années d’études.Pour chaque pays, chacun de ces trois facteurs est exprimée par un nombre compris entre 0 et 1.

    Le nombre est calculé selon la formule: (VP-VM) / (VM-vm) où VP = valeur observée dans le pays; vm = valeur minimale; VM = valeur maximale. La moyenne des 3 valeurs obtenues est appelée indice de développement humain.

    L’IDH peut mettre en évidence le lien entre la croissance économique et le développement humain n’est pas automatique ni évidente, bien supérieurs à certains niveaux de revenus, il est difficile d’avoir un IDH faible. Seuls quelques-uns des nouveaux pays industrialisés ont pu relier la croissance économique, l’emploi et la croissance dans le développement humain. Au cours des 20 dernières années, presque tous les pays ont fait des progrès ,en particulier le Tiers-Monde a réalisé des progrès remarquables dans le développement humain , mais ils l’ont fait avec une vitesse inégale et une connexion assez directe avec les politiques que les pays engagent à améliorer le bien-être de ses citoyens. Par rapport à l’ISU, l’indice de pauvreté humaine (IPU) sert à mesurer la répartition des résultats obtenus en termes de développement humain. Il n’y a pas de corrélation entre l’Union interparlementaire et le développement humain, ni entre l’Union interparlementaire et le revenu. Les disparités en matière de développement humain sont criantes même entre la ville et le pays, les plus riches et les régions les plus pauvres, les zones centrales et périphériques, les hommes et les femmes et les groupes ethniques. D’autres éléments menacent les progrès dans le développement humain et les causes des revers. Parmi eux, l’impact des conflits sur les structures socio-économiques et productives et le poids des reconstructions pèsent rochers sur le développement humain, ce qui provoque des revers dans le niveau de vie.

    L’alternative entre la mondialisation et le développement doit céder la place à un véritable développement humain global. Le PNUD, une fois que les aspects négatifs de la mondialisation analysée, indique trois domaines de travail pour qu’il puisse se concilier avec les besoins du développement humain. Pour chaque pays, les mesures suivantes sont nécessaires: pour saisir les opportunités offertes par le commerce, les flux de capitaux et la migration; protéger les individus contre les vulnérabilités causées par la mondialisation; surmonter la restriction des ressources dont dispose l’Etat.

    L’exclusion sociale est le résultat d’un manque de développement de contenu humain. Par conséquent, on ne peut pas parler de développement humain sans évaluer le degré d’exclusion sociale qui l’accompagne. La nature civile, politique, culturelle et sociale indispensable au développement humain durable. Droits de l’homme et le développement humain ne peut réaliser universellement sans être plus grand effort international, en particulier à l’appui des pays et des individus défavorisés et visant à surmonter les inégalités mondiales croissantes et la marginalisation. Parmi ceux qui ont l’intention de poursuivre le développement humain, il y a ceux qui cherchent à l’individu comme une fin en soi et qui vous voit avec une méthode pour accroître l’efficacité des ressources humaines, il a compris que le capital humain.

    Les Rapports sur le développement humain publié par le PNUD, classant donc les pays en fonction de leur indice de développement humain, construit sur la base de trois indicateurs nationaux: l’espérance de vie, le niveau d’éducation (éducation des adultes et de scolarisation dans le primaire -media-haut), le PIB moyen par habitant (exprimé en « dollars internationaux » qui est, en termes de parité de pouvoir avec le dollar = $ PPA). Pour chacun de ces trois facteurs, il est donné un poids égal au calcul de l’indice ISU. La valeur de l’IDH entre 0 et 1, indique comment chaque pays a abordé les objectifs suivants: 85 ans d’espérance de vie L’accès à l’ éducation pour tous le niveau de revenu décent.

    La valeur théorique maximale de l’indice (IDH = 1) signifie que le pays a atteint tous les objectifs. Les mesures utilisées pour chaque variable sont: Les valeurs mesurées par la longévité de l’espérance de vie à la naissance. Le niveau d’éducation mesuré par une moyenne pondérée de l’alphabétisation des adultes (deux tiers) et le taux de scolarisation dans les écoles primaires-junior (un tiers). Le niveau de vie mesuré par la parité du pouvoir d’achat en dollars américains ($ PPA).

    L’approche SU met les gens au centre du développement et est situé sur la conviction que la dimension humaine du développement a été négligée dans le passé en raison de l’accent excessif mis sur la croissance économique. Des exemples de cette importance sont la mesure du PNB par habitant, utilisé comme la principale mesure pour le niveau de développement entre les Etats et les variables telles que le revenu ou la consommation calculée en termes monétaires comme mesure du bien-être ou la pauvreté des personnes, des familles et des différents groupes sociaux. Dans cette perspective, l’objectif principal de soutenir le développement des politiques a été l’industrialisation et le mécanisme de ruissellement vers le bas, à savoir les « retombées de la croissance économique », représentait le moyen par lequel la pauvreté serait éliminée. Ce concept est né dans les années 70 des besoins de base (mis au point par l’OIT), qui a reconnu l’importance d’utiliser des éléments spécifiques de l’évaluation des différents développements du simple revenu par habitant. Ce dernier demeure un indicateur important du développement, mais seulement à l’analyse et à la consommation d’un panier de biens et services essentiels à la réalisation d’un seuil acceptable de la vie. En particulier, l’OIT a souligné que la poursuite d’un accès plus étendu aux besoins fondamentaux des groupes les plus pauvres de la population serait facilitée par la réalisation d’un statut d’emploi convenablement rémunéré. Il est apparu l’importance d’accroître la rentabilité des travaux pauvres, la nécessité d’apporter des changements dans la composition de la production et les propriétés des entrées et, enfin, de donner de l’espace à des changements radicaux dans la structure organisationnelle de la production.

    PNUD distancé approche des besoins de base, en particulier les moins refoulées pays développés, la formulation du concept de développement humain et l’introduction d’un nouvel indice pour mesurer le développement des pays, l’IDH (indice de développement humain). « Le développement humain est le processus qui permet aux gens d’élargir leur éventail de choix. Le revenu est l’un de ces choix, mais ne représente pas la somme de l’expérience humaine. Santé, éducation, environnement sain, la liberté d’action et d’expression sont des facteurs tout aussi importants. ».Le développement humain représente donc un nouveau sens de développement et nous a permis de redéfinir et déplacer les priorités d’action par la croissance du PIB à améliorer la qualité de vie, à la fois des conditions de durabilité sociale et écologique. Le développement, par exemple, n’est pas promu par la recherche d’une façon seule la croissance économique; la quantité de la croissance est essentielle, mais tout aussi important est sa distribution, à savoir la pleine participation au processus de croissance. Le développement humain est donc une cible pour l’entreprise, ce qui explique pourquoi la question se pose de la façon dont les processus de croissance économique – compris que l’augmentation du PIB par habitant peuvent être fonctionnels à cet effet et comment le même développement humain peut résultat aussi dans la croissance économique. Le développement humain est devenu si au cours des dernières années, l’objectif des programmes, des politiques et des lignes directrices pour la coopération au développement.

    Un exemple est la décision, votée par la Conférence de Copenhague des Nations Unies sur le développement social, pour diriger au moins 20% de l’aide au développement à des mesures de protection sociale. Un autre exemple est les objectifs que l’OCDE dans son aube du 21ème siècle; la contribution de la coopération au développement a fixé pour un avenir proche:

  • Assurer l’éducation de base pour tous les peuples de tous les pays.
  • Créer des progrès irréfutables vers l’égalité des sexes et le renforcement de l’autonomie des femmes, ce qui élimine toute première de la discrimination fondée sur le sexe et l’enseignement secondaire d’ici à 2005.
  • Réduire de deux tiers les taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans.
  • Offre la possibilité, à tous les individus de la capacité de reproduction, l’accès à un système de contrôle de la procréation dans le cadre des soins de santé primaires, le plus rapidement possible.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *